de la nature de ce blog
17 septembre 2011, 18 h 49 mi
Filed under: Actualité et nouveautés

Observer le monde et faire bouger les lignes, les regarder frémir et leur donner des coups, les questionner et les acculer au bord du précipice pour qu’elles sautent enfin dans l’ère suivante. Autrement dit faire œuvre d’observateur participant, d’observacteur. Ah faire l’acteur !

De nature curieuse, je cherche à comprendre – de manière buissonnière et non académique – vers où vont les gens, vers où va le monde, vers où je vais. De tempérament plutôt actif j’ai du mal à rester au bord de la route à regarder sans bouger. Je poursuis donc l’enquête entamée il y a peu[1]. Sans davantage prétendre à quelque objectivité dans le récit de cette fiction qu’est le futur. Je me suis simplement posé la question : y a-t-il pertinence à explorer ce que les mythes ont à dire sur le futur et à narrer cette exploration ? Ou pour le dire autrement à mêler récit et enquête ? Ou encore : être spectateur et acteur.  Michel Godet[2] – qui fait référence en matière de prospective – parle d’indiscipline intellectuelle. Cette logique me parait acceptable. Il suffit de la pousser un peu plus loin et se proposer une règle du jeu : le futur, ce sont des ondes de choc émises ici et là, hier et aujourd’hui, peut-être demain (si on pense que le futur influence le présent et je pense que, oui,  le futur qu’on imagine influence le présent qu’on vit et c’est l’objet même de ce livre). Ces ondes nous rebondissent dessus. On peut peut-être en ressentir les effets, ou les deviner. La meilleure façon d’en parler c’est de descendre sur l’aire de jeu et de plonger dans la mêlée. Mes notes de voyages sont pleines des histoires qu’on m’a racontées : il y a là-dedans des légendes qui se murmurent, des fantasmes qui se divulguent. Une grosse masse d’imaginaires flottent sur nos têtes : altocumulus gravitant autour de nous, nous surplombant avec bienveillance ou nous menaçant de biais et indiquant souvent des changements de temps sociétaux. Il m’a semblé qu’ils étaient autant faits de mythes (gouttelettes du passé) que de visions( cristaux de glace du futur). Les uns comme les autres s’emparent de notre bel et terrible aujourd’hui projetant sur l’écran de l’horizon immédiat un paysage sang et or. Image baroque, sans doute, qui témoignent d’un jeu de représentations du passé et du futur[3] qui se narguent ou s’épousent selon leurs humeurs… était-ce simplement la lecture que j’en faisais ?

C’est donc la nature de ce blog: un avant-goût de mon prochain bouquin sur les mythologies du futur.


[1]  Christian Gatard. Nos 20 Prochaines Années. L’Archipel. 2009

[2]  Michel Godet, Manuel de prospective stratégique, Dunod, 2ème édition, Paris 2004.

Publicités

Laisser un commentaire so far
Laisser un commentaire



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s



%d blogueurs aiment cette page :