Danse, sourire et espoir. La curiosité inlassable dans l’élucidation des mythes marchands.
3 octobre 2012, 13 h 10 mi
Filed under: Actualité et nouveautés

Lecteur insatiable, Hugues Robert vient de relire BUREAU d’ETUDES dans http://www.senscritique.com/livre/Bureau_d_etudes/critique/15620795

Danse, sourire et espoir. La curiosité inlassable dans l’élucidation des mythes marchands.

Par Charybde2

Publiés en 2008, ces fragments autobiographiques arrachés à la vie bien remplie du sémiologue, romancier et dirigeant d’entreprise d’études qualitatives Christian Gatard constituent une précieuse lecture, qui échappe presque totalement, par sa dansante légèreté et sa lucidité légèrement farceuse, aux aspects le plus souvent rébarbatifs, hagiographiques et creux de la plupart des confessions de chefs d’entreprise.

C’est que le moteur ici décrit est l’un des plus puissants et des plus vitaux qui soient : la curiosité inlassable, assortie d’un questionnement en général peu complaisant. Si l’élucidation des mécanismes de la société de consommation rend bien entendu service aux industriels clients, l’entreprise de mise à jour des mythes sous-jacents, poursuivie au long des décennies, déploie une valeur beaucoup plus générale, et passionnante. Surtout lorsqu’elle croise un itinéraire personnel varié et souvent iconoclaste.

Un récit de danse, de sourire et, d’une certaine manière, d’espoir, donc.

« La boîte n’allait pas si mal.
Dans les années soixante-dix, je suivais des cours de sociologie et de sémiologie, je traduisais des bouquins de psychanalyse et je tentais ma chance du côté du journalisme. Je m’initiais sans le savoir aux techniques du métier que j’allais exercer : les études de marché.
Par un après-midi d’hiver, alors que la proposition de traduction d’un texte sur la nature sacrée du godemichet venait de m’échapper et que « Le grand Albert » – magazine ésotérique grand public auquel je contribuais sous un pseudonyme – venait d’arrêter sa publication, j’étais tombé sur une petite annonce du Monde. Un poste de « chargé d’études » était à pourvoir dans un bureau d’études spécialisé dans les enquêtes qualitatives. J’avais répondu le soir même, faisant état de ma qualité de sémiologue. Démarche hasardeuse car le thème de ma recherche universitaire – une étude comparée entre science-fiction et science occulte – n’était pas a priori la meilleure introduction dans le monde du commerce et de l’industrie. »


Laisser un commentaire so far
Laisser un commentaire



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s



%d blogueurs aiment cette page :