Tsiin Tsiguidi de Michel Gorsse
19 janvier 2013, 7 h 10 mi
Filed under: previously sur ce blog

Michel Gorsse

Dès les premières pages de Tsiin Tsiguidi , la bourrasque emporte le lecteur, les rires de l’équipée de l’auteur résonnent, le pays se dévoile, l’aventure choque au ventre. Quiconque est un jour ou l’autre sorti de son village, effaré et fasciné par la beauté du monde, retrouve dans le livre de Michel Gorsse le lien hypnotique qui le lie pour toujours à ses premiers pas, à ses premiers amours pour un pays qui devient son altérité absolue et adorée. Le lien entre Gorsse et la Mongolie est la métaphore de ce que tout voyageur éprouve avec un endroit quelque part sur la planète dans lequel il a ressenti que ce pays est le sien, qu’il l’ a choisi et qu’il a été choisi par lui. Le voyage de Gorsse et de ses amis vers ce lieu mythique (mais bien réel) – les Tsaatans, un peuple turc d’éleveurs de rennes vivant dans les forêts proches du lac Khövsgöl, au Nord de la Mongolie, et jusqu’en Russie, – est joyeusement arrosé de soupe, de thé, de patates, de spaghettis chinois et de Chinggis, la vodka locale qui illumine les regards et qu’on peut boire sans mal de crâne au réveil. Ces voyageurs ont une relation dionysiaque réjouissante avec les étapes de repas où se créent les liens profonds. Gorsse retrouve et nous fait vivre l’intensité symbolique et gourmande du banquet refondateur de la relation vraie entre les gens. Dénuement et frugalité résonnent étrangement avec bombance et jovialité. On s’embrasse, on rit, on picore dans les assiettes à tout instant dans ce livre d’écrivain-voyageur Et le lendemain, dans le froid glacial, l’équipée s’enfonce , à cheval ou en 4X4, au pays des rennes.

Mais ce n’est pas que cela. C’est autrement que cela. C’est la vérité d’un voyage avec un but. Celui de Gorsse m’émeut particulièrement. C’est le récréation d’un lien. Celui que sa compagne Florence a crée une quinzaine d’années auparavant avec les Tsaatans. Elle est restée là-bas la princesse de leur mythologie contemporaine Testgeg, figure tutélaire dont l’évocation dans les yourtes provoquent une émotion sans fin. Restée dans le village de La Cavale, dans les Pyrénées,  Florence n’était pas physiquement de ce voyage. Elle était auprès de leur petite Laura mais elle surplombe le périple de ces gais baroudeurs.

La puissance de ce petit livre précieux est étonnante. J’avais lu un précédent livre de Gorsse Le chemin des chants d’oiseaux qui racontait son chemin de Compostelle. J’y retrouve le même appétit rabelaisien de paysages, de rencontres, de jouissances de l’instant et de méditations sur le temps long du monde.

tsiin

Tsiin Tsiguidi témoigne aussi d’une autre mission que s’est donnée l’auteur : participer à l’exposition de son ami l’artiste Ganbaatar à Oulan Bator. Gorsse l’avait exposé en France avec succès. Ces deux « missions » s’imbriquent comme des poupées gigognes et se renvoient du sens : Gorsse fait de ses voyages plus qu’une expérience intime et intense, il fait cela bien sûr et avec conviction et talent, il se coltine au réel, il fait aboutir des projets, il crée du lien avec l’autre bout du monde et ça marche.

Je n’ai reçu le livre de Gorsse que tout récemment et j’explore quelques pages en ligne sur ses aventures. Ca vaut le déplacement.

http://www.lindependant.fr/2011/10/19/de-la-mongolie-a-elne-michel-gorsse-dedicace-son-prix-vendemiaire-2011,74410.php

http://contemporaneitesdelart.fr/les-vendanges-litteraires-de-rivesaltes-2012/les-vendanges-litteraires-de-rivesaltes-2011/


Laisser un commentaire so far
Laisser un commentaire



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s



%d blogueurs aiment cette page :