l’angle exactement judicieux de lecture de Lorenzo Soccavo
28 juin 2014, 8 h 35 mi
Filed under: Actualité et nouveautés

http://ple-consulting.blogspot.fr/2014/06/sur-mythologies-du-futur-de-christian.html

vendredi 27 juin 2014

Sur Mythologies du futur de Christian Gatard

Un essai décalé, un livre incontestablement intéressant, un livre qui se révélera peut-être important selon comme le sort en décidera vient de paraître aux éditions L’Archipel : Mythologies du futur, né de l’esprit tourbillonnant de Christian Gatard.

Quels rapports avec la prospective du livre et de la lecture qui pourraient justifier que j’en parle sur ce blog ?
La première fois que j’ai rencontré Christian Gatard c’était il y a un an à la Gaîté Lyrique, ce lieu parisien lui aussi en décalage, en résonance à la fois avec le passé et le futur, à quelques centaines de mètres à peine du Musée des arts et métiers et de sa chapelle peuplée de fantômes qui naguère conçurent et utilisèrent ces drôles de machines qui l’habitent aujourd’hui.
Christian m’avait spontanément abordé en marge du Colloque Sciences&Fictions auquel nous assistions tous deux (j’évoquais ce colloque dans un post du 5 juillet 2013), il était déjà dans cette aventure des mythologies du futur et, intéressé par mes recherches, il voulait savoir s’il pourrait citer dans son livre à venir un post que j’avais publié ici même en février 2013 : Portrait du lecteur en apiculteur. Ce qui se fit donc.

Un gyroscope comme boussole
Aujourd’hui un sentiment étrange m’agite. Que dire maintenant ? Comment lire ce récit, alors que son auteur y avance l’idée que la « métalecture immersive », que j’évoquais en suggérant le lecteur comme : « celui récoltant le miel de ses imaginations » va « permettre de s’approprier les récits [de son] Plan C » (p. 85) ?
Ce Plan C, qui nous est proposé dans cette feuille de route, comme repliée sur elle-même, découpée et présentée sous la forme d’un livre, ce plan qui nous est offert, en même temps déployé à la lecture par cette cartographie d’un monde en mutation (en perpétuelle mutation, le numérique n’a rien à voir là dedans), ce Plan C dont le lecteur entend le récit se dérouler au fil d’un long discours passionné, et qui pourrait nous rappeler les témoignages des premiers navigateurs, souvenirs précis et impressions mêlées qui servirent de prétextes au sérieux apparent et à la magie troublante des premières cartes graphiques, ce Plan C… qu’en penser ?
Je ne sais.
Les allitérations me servent ici à éviter, à dévier la charge de ce taureau.
Celui-là même inscrit dans la première lettre de l’alphabet.
« On va spéculer, nous dit Christian Gatard, que les forces de l’histoire sont d’irrésistibles marées dont les almanachs sont enfin lisibles, que les mythes anciens sont les scripts du futur. Et on va, au coeur du système, introduire des interférences, des courts-circuits et autres petites facéties. » (p. 158).
C’est ce qu’il fait.
Cet essai pourrait-il provoquer un court-circuit ?
Combien de lecteurs lui faudrait-il, quels relais dans les médias planétaires, quoi, combien, pour provoquer un court-circuit ?
Peut-on considérer ses presque quatre cent pages comme de simples petites facéties ?
Cet essai entretient en vérité un rapport profond avec la prospective de la lecture, précisément dans le sens où sa substance même, à la fois, est, et se nourrit d’une lecture du monde où la parole non parlante des symboles, la parole agissante des mythes oriente la lisibilité du monde et de son histoire, de son passé, de son présent, et de son avenir aussi.
Rappelons-nous que Christian Gatard est à l’origine de la Ligue des Mythographes Extraordinaires et qu’il participe aujourd’hui de laSociété Internationale de Mythanalyse fondée par Hervé Fischer, agitateur de la mythanalyse que j’utilise moi-même dans le cadre de la prospective du livre et de la lecture.
Cette approche de la prospective par les mythes, leurs courants (flux et courants d’air) et ses ruissellements, l’oscillation entre la fable [muthos] et le discours [logos], entre les forces centripètes et centrifuges, entre « je me raconte des histoires », et, « je suis emporté par le courant de l’Histoire », cette approche de la prospective m’apparait plus éclairante et tout autant essentielle (bien plus en vérité) que les sérieuses approches académiques, stratégiques et autres, à l’américaine, à la française, ou toutes autres…
Car il s’agit aussi de répondre à cette question à l’échelle de l’humanité et au niveau de l’Homme : Notre futur est-il écrit ?
Quoi qu’il en soit, ce livre nous invite à une bien singulière exploration de l’avenir. Et, comme le disait Woody Allen :  » L’avenir m’intéresse : c’est là que j’ai l’intention de passer mes prochaines années ! « . Nous aussi.
Publicités

Laisser un commentaire so far
Laisser un commentaire



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s



%d blogueurs aiment cette page :