22 décembre 2016, 9 h 29 mi
Filed under: Non classé

thrinakia

 

catania

Thrinakìa 3a edizione
Concorso internazionale di scritture autobiografiche, biografiche e poetiche dedicate alla Sicilia

Sezione Diari di viaggio

Archeologia di un futuro siciliano
Di Christian Gatard
Prima opera classificata Sezione diari di viaggio

«Questo testo è simile a un diario di viaggio, un viaggio nello spazio e nel tempo. Esploro la Sicilia per piccoli tocchi.
In rotta. Il vento, il vento dello stretto, spinge la nostra imbarcazione verso Messina. È qui che ha inizio il viaggio. Dopo avere infine attraversato lo stretto, il viaggio ha poi effettivamente inizio a Catania. Atmosfera sorprendente.
Le isole si sincronizzano. Sono luoghi di gioco di bambini eterni, come siamo tutti noi. Ci dicono la stessa cosa: che la morte è un gioco, che queste sono dei punti di riferimento per i pirati, e che i pirati danzano con i compagni. Ci dicono inoltre che sono un concentrato del mondo, un cosmo in miniatura, quindi un luogo attraverso il quale decifrare il mondo e il suo divenire.»

Christian Gatard
Sociologo atipico, romanziere e saggista, approfondisce le sue riflessioni che confluiscono nei suoi studi, nella profondità e nella curiosità del suo animo.

Visto dall’altra parte
Di Emilio Labianca
Seconda opera classificata Sezione diari di viaggio

«Lo sguardo fisso davanti a me, ho la sensazione di camminare, me ne accorgo da quell’andirivieni di tutto ciò che incontra la mia vista. Cerco, voglio, mi sforzo di scrutare ciò che mi circonda, ma una forza indecifrabile e indefinibile non mi permette di muovere gli occhi a mio piacimento. L’osservazione si dirige altrove, magari dove non voglio, dove non avrei mai pensato di guardare. La percezione delle immagini è la mia, la direzione verso cui si volge no.
Io in questi luoghi ho vissuto da bambino la bellezza e le contraddizioni di questa terra, e di essa mi accompagnano sempre vaghe ma profonde sensazioni, intensi odori e delicati sapori.»

Emilio Labianca
Consegue il diploma di maturità classica e si laurea in Architettura all’Università La Sapienza di Roma iniziando la professione di architetto.
Dedica parte del suo tempo libero a scrivere storie e romanzi, coltiva con continuità passioni quali la lettura e la pittura.

Chaos
Di Paola Santacroce
Terza opera classificata Sezione diari di viaggio

«La mia vicina sfoglia una rivista con la serenità di chi sta seduto sul divano di casa, mentre io mastico nervosamente una gomma e aspetto il decollo. Penso ad altro e l’unica cosa che prende forma nel cervello è il libro di geografia delle scuole medie, l’immagine colorata dell’Italia, lo stivale che prende a calci un ciottolo a forma di triangolo e tutto il mare intorno.
Il volo rimborsa le distanze e mi consegna una Sicilia integra. A me, che sento di assomigliare un po’ a quel ciottolo, reduce di bilanci in perdita di ostinazioni e fallimenti. A me, che qui non volevo nemmeno venire, proprio a me quest’isola mi sta accogliendo come un fuggitivo.
Eppure ci sarà una ragione per questo viaggio controvoglia, per queste sensazioni emerse dall’abisso. Ma certo che ci sarà un motivo, e mentre lo penso ho già deciso di afferrarlo. Così mi lascio coccolare, senza chiedere asilo e senza l’obbligo di firma.»

Paola Santacroce
Nasce a Jesi. Ispettore della Polizia di Stato, ha conseguito nel 2007 la laurea in Comunicazione Internazionale presso l’Università per Stranieri di Perugia.
Nel 2013 inizia a scrivere racconti brevi e da allora continua a immaginare storie e personaggi che le fanno compagnia mentre prendono forma.
Dentro fa passare anche la sua vita, il suo essere mamma di due figlie, alle quali desidera mostrare quanto vale un sogno e quanto è bello realizzarlo. Senza fermarsi e senza smettere mai di crederci.



Archéologie d’un futur sicilien
27 novembre 2016, 13 h 19 mi
Filed under: Non classé

Ma nouvelle « Archéologie d’un futur sicilien » primée par Thrinakia dans la section Carnets de Voyage
🙂

Reception le samedi 17 décembre à Catane

thrinakia



Un mix d’entreprenariat culturel et d’ études marketing internationales.
20 novembre 2016, 7 h 21 mi
Filed under: Non classé

Les études de marché doivent être culturelles, contextuelles, anticipatrices.

Mes conférences « out of the box » ont été applaudies à Paris, Bordeaux, New-York, Londres, Casablanca, Lomé…

Invitées par TBWA, BETC, Leo Burnett, Ogilvy, Quai des Orfèvres, Master Group Océan Indien, CBA et de nombreuses agences de com, de design, de stratégie. Par Orange, Chanel, GMF, La Poste, Danone, Kronenbourg, Le LAB Laboratoire Assurance Banque et de nombreuses grandes marques…

Mon approche est centrée sur les mutations de la société contemporaine et la compréhension des contes populaires antiques et à venir que les marques construisent. Je repère un futur inspirant et décapant grâce à un réseau international d’experts et de futurologues. « Aventurier de l’éventuel », voyageur impénitent, je publie régulièrement des articles liés à l’innovation sociale et culturelle et intervient dans différentes écoles et institutions (EHESS, CELSA, Sciences PO…).

J’ai publié une dizaine de livres, romans, récits et essais dont Nos 20 prochaines années, le futur décrypté, essai de prospective buissonnière (2009), Mythologies du Futur (2014), Rupture vous avez disrupture (2015), Chroniques de l’intimité connectée (2016) . Je dirige la collection « Géographie du futur » aux éditions de l’Archipel et « Futurs en feu » aux éditions Kawa et sur le site FuturHebdo.

C’est un souffle nouveau dans les études de marché. On en parle ?

Christian Gatard +33(0)6 07 74 07 71

christiangatard@gmail.com



Un mix d’entreprenariat culturel et d’ études marketing internationales.
4 octobre 2016, 19 h 58 mi
Filed under: Non classé

Les études de marché doivent être culturelles, contextuelles, anticipatrices.

Mes conférences « out of the box » ont été applaudies à Paris, Bordeaux, New-York, Londres, Casablanca, Lomé…

Invitées par TBWA, Leo Burnett, Ogilvy, Quai des Orfèvres, Master Group Océan Indien, CBA et de nombreuses agences de com, de design, de stratégie. Par Orange, Chanel, GMF, La Poste, Danone, Kronenbourg, Le LAB Laboratoire Assurance Banque et de nombreuses grandes marques…

Mon approche est centrée sur les mutations de la société contemporaine et la compréhension des contes populaires antiques et à venir que les marques construisent. Je repère un futur inspirant et décapant grâce à un réseau international d’experts et de futurologues. « Aventurier de l’éventuel », voyageur impénitent, je publie régulièrement des articles liés à l’innovation sociale et culturelle et intervient dans différentes écoles et institutions (EHESS, CELSA, Sciences PO…).

J’ai publié une dizaine de livres, romans, récits et essais dont Nos 20 prochaines années, le futur décrypté, essai de prospective buissonnière (2009), Mythologies du Futur (2014), Rupture vous avez disrupture (2015), Chroniques de l’intimité connectée (2016) . Je dirige la collection « Géographie du futur » aux éditions de l’Archipel et « Futurs en feu » aux éditions Kawa et sur le site FuturHebdo.

On en parle ?

Christian Gatard +33(0)6 07 74 07 71

christiangatard@gmail.com



Chroniques de l’intimité connectée
27 septembre 2016, 12 h 40 mi
Filed under: Non classé

Christian Gatard donne vie aux statues hausmanniennes de Paris, et on assiste à une bataille cataclysmique entre les griffons et les atlantes sous le regard passif des mascarons, mascottes des propriétaires bourgeois, débonnaires et prospères.
Puis il nous fait assister dans une deuxième nouvelle à la Conférence des Singes, des Sages et des Songes… Un spectacle interplanétaire qui a fait un triomphe en Aldébaran et en Bételgeuse. La Conférence des Singes, des Sages et des Songes voyage partout dans l’univers et suis sûr que vous irez l’applaudir.

Henri Kauffman



nouvelle contribution
17 septembre 2016, 19 h 23 mi
Filed under: Non classé

intimite-2

 

Rentrée scolaire rime avec rentrée littéraire et la prospective y va aussi de son ouvrage. Cette semaine, les Editions Kawa, publie « Chroniques de l’intimité connectée », le nouveau livre collectif du think tank « Les mardis du Luxembourg ».

Le pitch du livre : « Et si des prospectivistes, des marketers, des chercheurs, des professeurs, des philosophes, des penseurs décrivaient quelle intimité nous attend dans 10 ans, 30 ans, voire 100 ans ? Et si au lieu d’écrire un livre illisible réservé à des rats de bibliothèque ou des experts en expertise, ils utilisaient un style littéraire dans le format court de la nouvelle, en romançant un futur de moins en moins saisissable, Internet oblige ? »

Pour ce livre, Christian Gatard , animateur du bureau d’études internationales éponyme et conseil en prospective,  propose deux nouvelles sur le mode du réalisme fantastique.

Avec Christian, les autres auteurs qui ont participé à cet ouvrage collectif :

§ Olivier Parent , animateur de FuturHebdo, chroniqueur au Huffington Post, conseil en Prospective

§ Philippe Cahen Chroniqueur à La Tribune. Auteur de «Signaux Faibles mode d’emploi»

§ Philippe Boyer Chroniqueur à la Tribune, auteur de publications sur le marketing et la relation clients.

§ Jean-Marc Goachet, spécialiste de la communication digitale. Administrateur de l’Adetem

§ Gérard Haas Avocat en Cour d’appel, juriste spécialiste en droit de la propriété intellectuelle

§ Annabel Hofnung fondatrice http://www.protendances.com , « Digital Business Developer »

§ Henri Kaufman Il pratique la Sérendipité & Psycho/Neuromarketing. Dr éditorial aux Ed. Kawa.

§ Yves Krief, président de la Sorgem. Auteur d’articles et de « L’Imaginaire de marque » (Ed. Kawa).

§ François Laurent, Dr en Sémiologie. Coprésident de l’Adetem, consultant et enseignant.

§ Alexandre Rispal, Conférencier, formateur, Co-auteur de plusieurs ouvrages sur le marketing.

§ Véronique Varlin, Partner Havas Worldwide. Consultante en stratégie et planning stratégique.

§ J-J Vincensini est médiéviste. Il participe à des études de discours politiques ou publicitaires.


Déjà en vente online sur le site des Editions Kawa :
 http://www.editions-kawa.com/home/162-chroniques-de-lintimite-connectee-les-mardis-du-luxembourg.html



Conférence à Casablanca
8 avril 2016, 13 h 24 mi
Filed under: Actualité et nouveautés

http://socialimpulse.net/interview-de-christian-gatard-sur-la-marque-digitale/INTERVIEW DE CHRISTIAN GATARD SUR LA MARQUE DIGITALE

Poster_Christian_hd

Pourquoi la digitalisation des marques s’impose-t-elle et s’accélère ?

La société d’aujourd’hui est définie par certains sociologues comme hyper moderne ou même «liquide ». Le comportement du consommateur change. Le consommateur d’aujourd’hui apparaît multiple, informé, volatile, paradoxal. Il zappe au gré de ses envies et de ses intérêts. Comment le cerner, l’approcher, le comprendre… pour le convaincre et le fidéliser ?

Internet est à la fois le problème et la solution. C’est lui qui change le monde et c’est là qu’on doit accompagner les changements du monde.

La nature même d’Internet nous oblige à nous placer du point de vue de l’utilisateur.

«La prochaine génération d’Internet deviendra le média le plus puissant de l’histoire, parce qu’elle fusionnera l’imprimé, la télévision, le téléphone, la radio et l’ordinateur.»

Avec l’i-pad, cette nouvelle génération d’Internet est là.

L’effet de «bouche-à-oreille» des médias sociaux va s’amplifier.

Et Internet sera – nous en sommes persuadés et nous voyons cette dimension émerger tous les jours – un formidable outil  de créativité personnelle, de connections , et de vivre ensemble dans le monde réel.

Comment peut-on intégrer ce concept dans l’ADN et la stratégie de marque ?

Le consommateur nouveau est arrivé. Il faut aujourd’hui: entrer en conversation avec lui, l’accompagner dans ses nouveaux modes d’expression, explorer ses préoccupations autant que sa sagacité et sa curiosité, le valoriser comme partenaire de la recherche… et utiliser les medias qu’il utilise. Toute stratégie de marque est une stratégie de conversation

Il faut interroger la notion de transparence et ses limites :  tout est dit, écrit et publié sur tout dans l’instant et par tous. Comment allons-nous, en tant qu’individu, citoyen, consommateur, gérer cette transparence?  Il faut sans doute en envisager l’implosion prochaine. Puis renons conscience que se construit dès aujourd’hui l’hybridation du monde  (hybridations des cultures, influences et inspirations venues d’ailleurs, rencontre homme/machine à travers les promesses « étranges » du transhumanisme). Enfin surveillons  ce que je nomme l’ère de l’allégeance rebelle. C’est l’idée qu’il faut bien faire allégeance à un certain nombre de choses: la planète qu’il faut protéger ; les estomacs qu’il faut remplir ; la technologie qui n’en fait qu’à sa tête; le monde qui est cruel et injuste … Et c’est surtout l’idée qu’il y a mieux à faire que s’indigner. En prenant de l’avance sur le futur en rejetant les conventions, en apportant à l’entreprise une énergie inspirée par les meilleures pratiques du monde contemporain, par les expérimentations sociétales réussies où que ce soit dans le monde. L’allégeance rebelle est là pour inspirer, impulser, tenter des coups, jeter les dés…on anticipe pas le futur, on le crée!

On va à la fois reconnaitre que les forces de l’histoire sont irrésistibles, que les mythes anciens sont les scripts du futur… et qu’il faut – car c’est dans la nature de l’homme – les contester. Chaque homme est un artiste qui doit trouver son art…  Donc je suis positif.

Qu’est-ce qui permet de garder espoir?

Le fait que toute époque est un moment de mutation qui a toujours été vécue avec un peu d’effroi mais que l’idée d’une Renaissance permanente est profondément ancrée dans l’âme humaine et que l’humanité a toujours survécu à ses crises. Nous avons sans cesse à apprendre du reste du monde. Les nouvelles technologies vont nous aider car la puissance des machines pourra être mises à notre service dans l’ombre, dans l’intimité des hommes de bonne volonté.  Des artistes “poly-industriels”, des  chercheurs, des techniciens, des savants inconnus encore sauveront le monde par petites touches, sans effet de manche et avec passion…

Qui sont les ressources concernées en entreprise par cette transformation ?

L’entreprise doit prendre conscience que c’est la totalité des ressources qui est concernée. Marketing et commerciaux, ingénieurs et ouvriers, directions générales et secrétariats , c’est l’entreprise en tant qu’entité vivante, « organique » c’est à dire objet vivant dont tous les organes comptent , qui est en jeu.

Les générations Y et Z sont-elles pour quelque chose dans cette évolution des marques ?

Elles seront , elles sont déjà, essentielles. Les nouvelles technologies sont pour elles une évidence  avec une externalisation de leur cerveau dans leur poche. Leur quête de plaisir et d’émotions fortes domine :  hédonisme,  sensationnalisme, expérimentation. Leur curiosité insatiable va accélérer leur tendance au zapping tant au niveau personnel que professionnel. Elles sont à la fois individualistes et tribales le « moi-je » et le « nous tous » convergent. Solidarité et égoïsme cohabitent. C’est une dynamique sociétale que toutes les entreprises devront prendre en considération.

Quelles perspectives et quelle prospective feriez vous pour les marques digitales ?

La survie des marques est dans le digital mais pas dans l’exclusivité du digital.

Il va falloir s’habituer à surfer en permanence sur ces mutations de plus en plus rapides, de plus en plus étonnantes, de plus en plus fécondes. L’humain sera plus que jamais au cœur du digital et cela devra se traduire dans la communication, dans les RH, dans la construction des images de marques. La pub traditionnelle est en train de se repenser… bref il y a là un vaste de champ de curiosité, de réflexions, de scenario – les marques vont devoir choisir leur « grand récit ». Parmi les récits du futur je distingue trois grands territoires, historique, ludique et océanique, qui prennent sans doute en compte les besoins d’appartenance, d’estime de soi et de connaissance. Chaque marque doit choisir celui qui convient le mieux à son accomplissement.

Est-ce suffisant ?

Pour que les marques ne soient pas que l’emblème d’un savoir-faire mais qu’elles participent d’un savoir-être qui sauve la planète de ses fractures et de ses indigences, il faudra passer à un autre registre. On sera peut-être un jour plus vieux, plus sage qu’autrefois et , peut-être, plus sensible au monde qui nous entoure, plus collectif, plus national probablement mais plus citoyen du monde sûrement. Les marques océaniques auront une saveur transculturelle avec une légitimité? planétaire. Les marques historiques ajouteront la patine d’ancêtres retrouvés dans les arbres généalogiques que seul Internet, la bibliothèque-monde, pouvait révéler. Les marques folkloriques  insuffleront de  l’impertinence, de la créativité, de l’allégeance rebelle.

Christian Gatard

Conseil en prospective et innovation. Ses « conférences-performances » font comprendre les mutations en cours. Il a publié une dizaine de livres, romans, récits et essais dont Nos 20 prochaines anneées, le futur décrypté, (2009), Mythologies du Futur (2014) et Rupture vous avez disrupture (2015).